• Depuis qu'il fait la couv, Lucien voit la vie en rose... saumon. Il s'est repeint la façade, la silhouette. Et ça déteint, ça se diffuse. Il a l'euphorie communicative. Il faut que ça se sache. 

    Les lucubrations de Lucien, en précommandes chez Zonaires !

    Lucien voit la vie en rose


    votre commentaire
  • Depuis le temps qu'il essaie de la tirer à lui, ça devait arriver un jour : Lucien, carrément, fait la couverture. Et pour, il s'est mis en 4... en 2, plutôt ; il ne faut pas trop se disperser et rester modeste.

    Les lucubrations de Lucien, en précommandes chez Zonaires !

    Lucien fait la couv

     


    votre commentaire
  • Cordes sensibles, paru chez Zonaires

    Un très bel et musical article, à propos de Cordes sensibles, est paru dans L'Est Républicain, édition du 01/11/2020, sous la plume brillante de Sophie Dougnac :

     A propos des Cordes sensibles, dans L'Est Républicain et Mot compte double

    A propos des Cordes sensibles, dans L'Est Républicain et Mot compte double

    Pour une meilleure lecture, cliquer sur les photos ou se rendre sur le site du journal.

     

    Par ailleurs, Françoise Guérin, l'auteure entre autres de Maternité et Au chevet des vivants, a eu la gentillesse de m'ouvrir les portes de son blog pour un entretien autour de Cordes sensibles. Un grand merci à elle pour cet éclairage ! 
    L'entretien est à découvrir ici sur son blog Mot compte double.

     

    A propos des Cordes sensibles, dans L'Est Républicain et Mot compte doubleA propos des Cordes sensibles, dans L'Est Républicain et Mot compte double

     


    votre commentaire
  • Décalé avec Bloganozart

    Pour la quatrième fois, et c'est la poursuite d'un chouette cheminement littéraire, j'ai le grand plaisir de figurer au sommaire (et quel sommaire !!!) d'un collectif de l'association Bloganozart.

    Après mes contributions à la revue (n°4 et 6) et au recueil A-Marée, voilà mon texte intitulé Pas ta place qui en trouve une, de place, au sein du recueil Décalé, collection Gueule de loup. Décalé, la thématique qui a inspiré les auteurs et artistes contributeurs et qui définit si bien le projet et la démarche artistique de Bloganozart.
    Le recueil est publié à l'occasion des 10 ans de l'association. Un anniversaire également et dignement fêté lors d'une exposition collective qui s'est tenue du 12 au 18 octobre 2020 à la Galerie 3F, à Paris 18ème.

    L'on peut se procurer le recueil auprès de Bloganozart.
    En voici le sommaire : Voies parallèles par Charles Duttine, Pour le meilleur et pour le pire par Delphine Laurent, Le roitelet et la baudruche par Françoise Vincent, Tâches à taches par Dominique Theurz, Décalé.é par Jacques Cauda, Je serais par Catherine Gendron, Pas ta place par Benoit Camus, Finement con d’être décalé par Aimée Dang, Rêvalités par Pascal Dandois, Le mécanisme de la Saint-Valentin par Fabrice Schurmans, Mouvement perpétuel par Patrick Boutin, Griserie lyrique par Véronique Friess, Au crépuscule de l’aube par Josepha Bassoni, Des cas laids et Fesse-Tif par Déborah Vincent

     


    votre commentaire
  • Cordes sensibles, un recueil édité par Zonaires


    Bientôt


    C'est que, sur leurs aigres guitares
    Crispant la main des libertés,
    Ils nasillent des chants bizarres,
    Nostalgiques et révoltés.

    Paul Verlaine
    Grotesques - Poèmes saturniens


    votre commentaire
  • Cordes sensibles, aux Editions Zonaires
    Je me réjouis de vous présenter mon recueil de nouvelles Cordes sensibles, publié par les Editions Zonaires.

    Après les quatre collectifs de la maison Zonaires auxquels j'ai eu le plaisir de contribuer, je suis très heureux de poursuivre ma collaboration avec elle par le biais de cet ouvrage plus personnel, dont voici le motif :
     
    "Guitare, mandoline, balalaïka, kora... Mongolie, France, Indonésie, Mexique... Des cordes que l'on gratte, pince, effleure, frappe, et qui donnent la pulsation d'un monde d'âmes déboussolées où la musique devient échappatoire et planche de salut."

    Le livre composé de 17 nouvelles est à découvrir et à commander sur le site de l'éditeur. Vous pourrez, en prime, y écouter la lecture d'un extrait. 




    1 commentaire
  •  Les six cordes

    La guitare
    fait pleurer les songes.
    Le sanglot des âmes
    perdues
    s'échappe par sa bouche
    ronde.

    Et comme la tarentule,
    elle tisse une grande étoile
    pour chasser les soupirs
    qui flottent dans sa noire
    citerne en bois.

    Federico Garcia Lorca
    Les six cordes (Poème du Cante jando) - Trad. Colette

    Prochainement, d'autres cordes...


    votre commentaire
  • Luth, compagnon de ma calamitéSalon de musique (détail) - Peintre inconnu

    Luth, compagnon de ma calamité,
    De mes soupirs témoin irréprochable,
    De mes ennuis contrôleur véritable,
    Tu as souvent avec moi lamenté ;

    Et tant le pleur piteux t’a molesté
    Que, commençant quelque son délectable,
    Tu le rendais tout soudain lamentable,
    Feignant le ton que plein avais chanté.

    Et si tu veux efforcer au contraire,
    Tu te détends et si me contrains taire :
    Mais me voyant tendrement soupirer,

    Donnant faveur à ma tant triste plainte,
    En mes ennuis me plaire suis contrainte
    Et d’un doux mal douce fin espérer.

    Louise Labé - Sonnets

    Prochainement, des histoires de luths et de calamités...


    votre commentaire
  • Au n°3 de La clarté sombre des réverbères

     

    Retour de l'objet pensant non identifié à périodicité aléatoire ! Un retour que les circonstances imposaient à cette revue placée sous le signe de l'altérité, dirigée par Jacques Flament. Après plus de 5 années d'absence (voir ici, sur mon vieux blog), voici donc le troisième numéro, numéro spécial, non seulement du fait de la rareté de cette publication mais surtout par son sujet puisqu'il se veut un état des lieux du confinement. La revue regroupe les contributions de près de 150 auteurs et illustrateurs autour du sujet, et offre ainsi un tableau kaléidoscopique de la période traversée. J'ai apporté ma pierre à l'édifice avec un petit texte intitulé En boucle.

    Il est recommandé de s'approprier ce numéro collector de La clarté sombre des réverbères, reflet et trace de ce moment hors-norme partagé par tous. On le trouve ici, sur le site de l'éditeur

     

     


    votre commentaire
  • Au n°38 de la revue Dissonances : Feux

     

    Le n°38 de la revue Dissonances est paru. Et j'ai le grand plaisir de figurer au sommaire avec un texte intitulé Nuit Cheyenne, écrit sur le thème : Feux. C'est la deuxième fois que cette revue, à la qualité éditoriale éprouvée et qui ne se dément pas, m'ouvre ses pages (après ma participation au n°33 (voir ici, sur le thème Fuir)) et j'en suis très heureux et très fier.

    Le numéro est disponible dans les librairies ou, plus directement sur le site de la revue, où l'on peut, aussi, découvrir son programme


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique