• J'ai des souvenirs plein mes poches trouées
    Petits cailloux tombés de ma mémoire
    Je les écrase les enterre, sur mes pas ne reviens pas.

    Trous de mémoire


    votre commentaire
  • Dans la main du miroir, son regard se perd. La surface polie efface les plis, les creux, les boursouflures des désirs étouffés. Une momentanée altération de sa perception. Il ravale la morsure du temps, se redresse, bombe le torse. Renonce.
    Son reflet le rattrape au collet, lui fait baisser les yeux vers son bide.

    Face à face

    Don Quichotte, illustration de Dubout


    votre commentaire
  • Il a des pavés plein les bottes, les poings dans les poches.
    Il n'a rien sous le coude, plus un tour dans sa manche.

    Il est fatigué de tout ça.
    Ses illusions des bleus à l'âme.
    Il en a gros sur le cœur.
    Une croix dessus. 

     


    votre commentaire
  • Bulles de soleil,
    Jonquilles et primevères,
    Éclatent. Champagne !

    Des bulles


    votre commentaire
  • Pendant que les enfants meurent, je dors monstre, mange monstre, écris monstre.
    Pendant que les enfants meurent.

    J'écris monstre, mange monstre, dors monstre. Et j'écris monstre que les enfants meurent.
    Pendant qu'ils meurent. Là-bas.
    J'écris monstre qu'ils meurent. Et ils meurent quand même.
    Et j'écris monstre quand même.

    Quand même.

    Pendant que les enfants meurent
    J'écris monstre que les enfants meurent
    Et les enfants meurent.

    Et moi
    J'écris
    Quand même


    votre commentaire
  • Je gratte l'encre plein ongles ; sur le papier des écailles noires soufflées par le cri de son cœur,
    petit ange.
    Le mot en miettes vernies, minuscules plumes lustrées par mon regret,
    volette,
    dessine sur le carreau une trace éclatée du secret.
    Chute.

     

    Poussière d'encre


    votre commentaire
  • La rivière dans sa cuirasse d'argent joue à rebrousse-pente sur les cordes du courant.

    Le cormoran claque l'écume.

    Des miroitements.


    votre commentaire
  • Tu ajustes l'idée au fusil et à bout portant tires. Dreling, dreling, tinte-t-elle en s'échappant par les mailles de ton crâne poreux. Tu tentes de la rattraper, lances ton filet au petit bonheur la chance ; le tends, geste dérisoire. Entre tes doigts, un papillon t'a laissé la poudre de ses ailes.

    Poussière d'idée


    votre commentaire
  • Deux soleils se couchent
    En reflet le rouge à joues
    Les fruits ronds du jour

    J'ai chaud quand tu rougis.

    Tout rouge


    votre commentaire
  • Sous les doigts du soleil
    Lanières d'un fouet
    Il y a ta nuque
    De sa claque la trace écarlate

                         Marque au fer rouge

                                             Du piment sur l'épiderme
                                             Enflamme les langues des pores
                                             Le chalumeau décape
                                             Des pelures des squames

    Ta peau arrache
    Crache le feu
    Fleur de soufre

    En cendre le cache-cou

    Pollen d'étoile

     

    Soleil battant


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique