• Lucien reprend du poil de la bêteLucien a traversé une passe difficile. Il va mieux à présent. Il a repris du poil de la bête. Et plutôt deux fois qu'une.
    — Aïe ! réagit Max. 
    Il s'est tourné vers son pote Max parce qu'il en tient une sacrée couche, que ses dents ne sont pas trop pointues et que ça fait moins mal de s'en prendre à lui qu'au chien de sa voisine.
    — T'es malade ou quoi ? s'indigne le grognon pas prêteur.
    Lucien hausse les épaules. Son pote n'a même pas essayé de le mordre.
    —  Ben non, justement, vu que j'ai repris du poil de la bête.
    Il agite son butin devant le nez de son copain. Avec la belle touffe qu'il a arrachée et qui s'ajoute à ses précédentes, le voilà prémuni contre l'adversité et paré pour affronter la saison nouvelle. Max, en découvrant l'envergure du fauchage, blêmit. Il se tâte le crâne, constate l'étendue du scalp. 
    —  Mais t'es vraiment malade ! persiste-t-il.
    Lucien considère son interlocuteur, se demande s'il est sourd ou s'il est con. Il se rappelle qu'il est surtout bête. Il ne semble en tout cas pas dans son assiette. Encore moins dans sa soupière. Même pas dans l'ébréchée, en dépit du cheveu qu'il avait récupéré sur sa langue, la dernière fois qu'il l'avait invité à manger sa soupe. Sans doute l'a-t-il perdu depuis et manque-t-il maintenant d'un peu de poils. Un diagnostic que l'observation de sa tête dégarnie vient confirmer. Il n'avait pas remarqué les progrès de sa calvitie, jusqu'alors, cette brèche en haut et à droite de son front où la chair à vif lui fait une peau d'imberbe. Lucien s'en émeut. Dans sa grande générosité, il extrait trois brins de son bouquet, les tend à son ami.
    — Tiens, tu pourras toujours te gratter !


    2 commentaires
  • Lucien prend la tangenteIl végète là depuis sept minutes, il en a assez. Quelle plaie ! Un calvaire ! Lucien se demande pourquoi il a accepté l'invitation. Sa gentillesse le perdra. Quand Monsieur Barbon lui a proposé de les rejoindre, il a bien manifesté des réticences mais le bonhomme a insisté. Impossible de se désister. Contraint de lui faire plaisir et de s'exécuter. Ils étaient cinq autour du barbecue. Ils discutaient de la météo, s'étonnaient des records de chaleur, redoutaient le pire pour les années à venir. Monsieur Barbon l'a présenté à ses amis.
    — Je vous présente Lucien. Il était devant la maison. Je l'ai surpris à regarder à travers les grilles du portail, a-t-il précisé en leur adressant un clin d’œil. Je lui ai donc dit de rentrer.
    Lucien passait aux alentours. Attiré par les odeurs de viande grillée, il s'était enquis de leur provenance et fait piéger par l'enquiquineur, qui avait décelé en sa personne la solution à leur ennui. Monsieur Barbon avait sauté sur l'occasion, lui en l’occurrence, mais pas trop haut, pour rompre la monotonie de leur conversation et, surtout, lui casser les pieds. Lucien s'en mord les doigts et ses saucisses trop grillées. Il a envie de partir. Il s'écarte du cercle que forment les convives autour du brasero, cherche autour de lui le moyen de s'éclipser. Il repère la sortie. Analyse la situation. Il doit procéder à quelques ajustements.
    — Excusez-moi, s'adresse-t-il à l'un des participants au méchoui, qui retourne une merguez sur les braises et réchauffe ses arguments sur l'évolution du climat. 
    Lucien le décale un peu sur la gauche, vers le feu qui, par son apport à la température ambiante, confirme les thèses environnementales du sentencieux. Lucien se tourne ensuite vers le voisin, qui n'ose pas se plaindre de la carbonisation de sa chipolata, et le déplace de deux pas en retrait, puis se tourne vers l'hôte des lieux, qu'il pousse de quelques centimètres et qui s'étonne de ces manières.
    — Que faites-vous ?
    Lucien, qui n'en a que trop entendu et peine à le digérer, refuse de participer à cette nouvelle discussion. Il vérifie la courbure obtenue par son nouvel agencement, vise le point de la sortie, évalue la ligne qui le relie à la périphérie du groupe, corrige encore les positions des convives. Une fois obtenue une tangente satisfaisante et bien fuyante, il en remonte le fil jusqu'à l'issue et, sous les yeux estomaqués de ses partenaires de grillades, se barre.


    votre commentaire
  • Lucien "like" à tout va

    Lucien s'est inscrit sur Facebook et il like. Il like le lapin dans son bain. Il like la blague carambar. La pâquerette et le canoë. Le cumulus, la méthadone et la moustache. Il like quand Bonny dit "bonne nuit", quand Clyde dit "je m'éclate". Le guépard en voie de disparition, Stromae et la promo de Carrefour. Il like Paris et Jean Edern. Les barbus et les 72 vierges certifiées. La femme à poil qui lui promet galipettes, les gros muscles et les rencontres coquines. Le câlin de l'âne au chat, le livre de Jérôme et la coiffure de Véronique. La bouillabaisse, les toiles de Korogo, Manon et la soutane du père Jean. La bite à Kevin, le député et la revue Esprit. Il like tout ce qui lui tombe sous le doigt. Et que j'te like, et que j'te like. La petite fille et son stéthoscope, Télérama et la mère à son pote. Les écolos et Total, l'airbus A320 et Jojo, le martin-pêcheur. J'aime, j'aime, j'aime. Lucien a le cœur sur la main. Trop plein d'amour. Il like. Il like le clic et les claques. Les cucurbitacées de Marie-Noëlle. L'amour de cinq à sept. Et les cakes de Gustave. Il like. You, me, them, everybody, everybody. Everybody needs somebody to love. Someone. Something. Lucien like à gogo. La tête à Picasso et les cubes de Braque. La kermesse de Saint-Canard et les cailloux de katmandou. Le corps exulte. Index en cadence. À plusieurs, c'est tip top, le panard à perpète. Lucien est épuisé.
    Au petit matin, harassé, il désactive son compte.


    votre commentaire
  • Lucien graisse des pattes— Pour obtenir ce que tu veux, il n'y a pas 36 solutions : tu dois graisser les pattes, révèle Max à son ami, venu lui exposer ses difficultés du moment.
    — Ah ! s'étonne Lucien. Tu crois que ça changera quelque chose si je mets davantage de beurre dans mes nouilles ?
    Max le considère, perplexe. Peine à discerner s'il se moque de lui. En arrive à la conclusion que non.
    — Les pattes ! précise-t-il. Pas les pâtes !
    À l'air ahuri que lui renvoie Lucien, qui paraît se demander s'il est bien dans son assiette avec ses épinards beurrés et non pas au fond de la soupière avec le reste de bouillon, il met les points sur les i et les barres sur les t.
    — Les pattes, j'te dis. Les mains, les bras, les membres, quoi !
    — Ah, les pattes !
    Lucien a compris. Il sourit de la méprise. Puis, y réfléchissant, s'assombrit.
    — Les pattes ? Tu me conseilles de graisser les pattes ?
    — Oui, c'est comme ça que ça marche. Si tu veux que ton dossier passe sur le haut de la pile et qu'il soit traité, faut que tu leur graisses la patte.
    Lucien arbore une moue dubitative. Il n'est pas convaincu par l'expédient, s'inquiète même de la santé mentale de son directeur de conscience. Max n'est manifestement toujours pas remis de sa rupture amoureuse. Ses préconisations sont à prendre avec des pincettes, à spaghetti ou à salades, peu importe. L'homme, conscient de son déficit de persuasion et de la défiance de son interlocuteur, enfonce le clou à coups des tatanes que lui avait confectionnées son ex, cordonnière, à l'époque où ça collait encore entre eux, et pas qu'à la petite glu.
    — J'te le dis. Il n'y a que comme ça que ça fonctionne, insiste-t-il.
    Face à tant d'assurance, les réticences de Lucien se fissurent, au point de se lézarder, taille crocodile, et de se dissiper complètement, quand il assène son explication.
    — Il n'y pas mieux pour mettre de l'huile dans les rouages, dit-il en hochant la tête d'un air entendu, que l'on pourrait même qualifié d'écouté, tant sa parole s'avère intelligible.
    D'ailleurs, Lucien, qui s'y connait en mécanique et en résistance des matériaux, est sensible à l'argument. Il se rend à l'évidence et au rayon des lubrifiants.

    Quand arrive son tour, calme et déterminé, il sort sa fiole d'huile pour vélo de sa sacoche. De deux, trois, pulvérisations, au moment de quitter la salle d'attente, il s'asperge les mains, puis se les frotte pour bien répartir dessus le liquide. Soucieux de s'assurer le succès de son entreprise – Max lui a recommandé de ne pas lésiner – il ajoute même une deuxième couche.
    Il entre dans le bureau. Avec un large sourire et d'un pas résolu, tend la main à son interlocuteur. Cette fois, c'est sûr, on ne lui refusera pas sa requête. 


    votre commentaire
  • Lucien gère son stress

    En fin d'année scolaire et universitaire, l'heure est aux examens, concours et autres évaluations. Lucien n'est pas exempté. Lui aussi affronte son lot de contrôles, dentaires, urinaires, sanguins ou de son taux d'alcoolémie, chacun sa croix et son stress à endurer.
    — Je stresse, je stresse, je stresse, répète-t-il pour mieux s'en convaincre.
    Faudrait pas que l'angoisse lui fasse perdre ses moyens et souffler de travers dans le ballon, ni uriner à côté de la pipette. Il tient à passer l'épreuve dans de bonnes conditions et en pleine possession de ses facultés.
    — Respire profondément, lui conseille Max. 
    Lucien n'est pas convaincu par la méthode. Respirer, il y est habitué ; il s'y applique sans même y réfléchir, et son stress n'augmente pas quand il la retient, sa respiration. D'ailleurs, afin de démontrer l'ineptie de la proposition de son ami, il part en apnée. Il résiste quinze secondes et constate, désabusé, qu'il ne s'est pas détendu depuis qu'il a repris l'air. 
    — Tu vois, je ne suis ni plus ni moins stressé.
    Et ce disant, il lance une longue expiration vers Max, contraint de détourner le visage pour ne pas s'évanouir. 
    — Profondément, j't'ai dit, insiste Max, en inspirant une goulée d'air pur, derrière lui, pour s'oxygéner les artères et se remettre de la bouffée largement étalonnée en éthanol, que son ami lui a pulvérisée dessus.
    Lucien lève les yeux au plafond du café du commerce, où ils repeignent leur haleine depuis qu'ils s'y sont retrouvés, et hoche la tête d'agacement. Max n'y est pas. Il est à côté de la plaque et du comptoir. 
    — Non, le truc, c'est de bien gérer son stress, affirme-t-il en connaisseur, tel le gars qui a réfléchi à la question, s'est documenté dessus et s'est forgé son opinion à coups de burin et de matraque. Faut juste être bon gestionnaire !

    Lucien s'est longuement interrogé. A pesé le pour et le contre, surtout le contre, qu'il ne soit pas trop lourd, et a opté pour sa banquière. Autant s'adresser aux professionnels de la profession, aux cadors de la gestion ; les résultats de la banque parlent pour elle. Des faramineux, une croissance à deux chiffres. Les intérêts, les agios, les plus-values, l'optimisation fiscale: une parfaite maîtrise de la discipline. Nul doute à avoir : son stress sera entre de bonnes mains. Elle saura en tirer le meilleur profit, en exploiter toutes les potentialités.
    — Je vous préviens d'office, lui dit-elle en l'accueillant dans son bureau avec un soupir de fatigue long comme son bras, il est hors de question de vous prêter le moindre centime.
    — Non, non, j'veux rien vous emprunter, la rassure-t-il. J'suis pas fou ; la dernière fois, ça m'a coûté un bras plus long que le vôtre.
    La banquière, flattée par l'hommage rendu à son talent, rougit mais, d'un métal résistant aux hautes températures, ne se laisse pas attendrir. Elle élude l'allusion à son membre et à son réseau de relations ; attend, méfiante, sa requête.
    — Tout au contraire, poursuit-il, je suis venu vous confier mon stress.


    votre commentaire
  • Lucien mange Local

     

    Lucien vote Utile ; il peut bien manger Local, aussi. Si ça permet de nourrir le Schmilblick et la cause environnementale, il est tout disposé à changer de régime et de crèmerie. Car Lucien, la planète, il est prêt à se réformer pour la protéger. Il y a un moment où il faut savoir assumer ses responsabilités et se relever les manches, quitte à se retrousser aussi les babines. L'enjeu est trop important pour ne pas prendre sa part et son rab de diète. Il s'est donc penché sur le menu, mais pas trop bas, et s'est renseigné. Il n'a pas bien compris en quoi le monde s'en porterait mieux mais si les experts disent qu'il faut s'y résoudre, ce n'est pas lui qui ira les contrarier. D'autant que niveau osmose avec la nature, équilibre des forces et maîtrise de l'indice de masse corporelle, d'aucuns ont déjà pratiqué la technique et ont montré à quel point ils s'y connaissaient. Presque à poil, en pleine forêt ou sur des îles lointaines, sûr qu'ils en remontrent. Il n'y a pas plus en phase avec l'univers et son rythme qu'eux. Une leçon de mana pour tous ; une raison de s'inspirer de leurs habitudes alimentaires et de leurs méthodes culinaires.
    Lucien a donc consulté l'annuaire et répertorié les fournisseurs. Il n'y en avait pas tant que ça. Si peu qu'il s'est inquiété : tout le monde ne serait pas servi. Il s'est soudain moins vu coq en pâte et davantage dindon de la farce, en a eu la chair de poule. Loin de lui, cependant, de se laisser plumer ni d'inverser les rôles. Au contraire, il en a pris de la graine et des résolutions. Par anticipation des prochains et inéluctables temps de vache maigre ou enragée voire de pas de vache du tout, il s'est serré la ceinture. Il a rentré son ventre, puis opté pour le plus proche pourvoyeur et, plein de bonne volonté écologique, s'est rendu sur place, les poches remplies de ses ustensiles.
    Lucien, devant la porte, vérifie le nom sous la sonnette avant de se manifester. Il tire la chevillette et la bobinette choit. 
    — M. Local ? s'enquiert-il, armé de son plus beau sourire, auprès de la personne au visage pas si bovin, qui se présente sur le seuil.


    2 commentaires
  • Lucien se creuse la tête

    Lucien saisit la perceuse, la brandit devant Max, effaré. Et l'approche de son crâne. Il a décidé de se creuser la tête.
    — Mais arrête ! Fais pas ça ! s'écrie son ami.
    Lucien l'approche encore. Fait rugir le moteur et vriller la mèche à ça de son oreille, avant d'éclater de rire.
    — Ah, ah, comme tu m'as cru !
    Lucien écarte l'outil de sa tempe, en se moquant de Max.
    — T'as vraiment cru que j'allais le faire.
    Max n'en mène pas large. Il est obligé de le concéder ; à un moment, il a pensé que Lucien passerait à l'acte. Sa pratique du personnage, les antécédents du bonhomme, l'autorisaient à l'imaginer.
    — T'es trop con ! rétorque-t-il, mauvais joueur.
    — C'est une expression.
    Max considère son ami, interrogatif. Il ne comprend pas où Lucien veut en venir. Ce dernier, indulgent et attendri par son air abruti, consent à étayer son propos.
    — Oui, se creuser la tête, c'est une expression. Je vais pas me creuser la tête pour de vrai.
    La révélation laisse pantois Max, tant qu'il en reste coi et les bras ballants. Son pote ne cessera donc jamais de le surprendre. Son insondable esprit l'étonnera toujours.
    — Ça veut dire : réfléchir.
    Lucien hoche la tête, une façon de bien peser ses mots et d'en souligner la portée. Mais comme Max ne parait pas la mesurer, il met les points sur les i.
    — Oui, se creuser la tête, ça veut dire réfléchir.
    Un silence gêné s'instaure. Max semble très impressionné. Si bien que Lucien se demande s'il n'a pas surestimé les capacités cognitives de son ami. Dans un élan de charité, il consent à reformuler son explication.
    — Quand je dis que je me creuse la tête, en fait, je dis que je réfléchis, répète-t-il patiemment.
    Le regard incrédule qui lui répond le fait douter de ses capacités pédagogiques. À moins que cela vienne de Max et de ses dispositions particulièrement limitées.
    — Tu comprends ? tente-t-il à nouveau. Pas réfléchir, le miroir, hein ? Réfléchir... le cerveau.
    Max parait véritablement déstabilisé. Il dévisage son interlocuteur avec perplexité, comme s'il le découvrait pour la première fois ou après une longue période de coma.
    — Euh... oui... confirme-t-il.
    — Se creuser la tête... réfléchir... insiste Lucien, patient, pour être sûr de faire passer son message.
    — Oui...
    — Hein ?
    — Oui, d'accord...
    — T'as compris ? Réfléchir, se creuser la tête, tout ça.
    — Oui... oui.
    — Hein ?


    votre commentaire
  • Lucien sort de sa zone de confortMax, toujours prompt à lui vouloir du bien et à partager ses bons tuyaux, fiabilité et étanchéité garanties, et ce en dépit de ses carences en plomberie, lui a conseillé de sortir de sa zone de confort.
    — J'ai appris ça, il faut pas hésiter à sortir de sa zone de confort, lui a-t-il dit, vautré sur son canapé, ce qui ne manquait pas de piquant et conférait à son propos un poids de fakir. 
    Quelques semaines auparavant, sa copine cordonnière l'avait quitté sous prétexte qu'elle avait trouvé meilleure chaussure à son pied et il peinait à s'en remettre. Lucien compatissait. Lui-même aurait eu du mal à se rechausser après une telle trahison. Et il n'apportait pas le même soin à ses pompes que son camarade. Max n'avait rien à envier à personne en cette matière ; il ne lésinait pas sur la qualité, brillait par ses choix de pâtes à enduire. Et pourtant... Les femmes étaient décidément difficiles à suivre. Bref, Max était dans ses petits souliers et, comme ça lui faisait un peu mal et lui serrait les orteils, il s'allongeait sur le divan d'une aide psychologique qui se moquait bien de savoir s'il cirait ses mocassins ou pas, du moment qu'il ne se les essuyait pas sur son cuir.
    — C'est ma directrice de conscience qui m'a révélé ça à la fin d'une séance, a-t-il poursuivi dans son désir d'épanchement. En plus, elle a de jolies jambes, a-t-il ajouté pour démontrer la pertinence de la suggestion.
    Lucien, qui est un homme ouvert d'esprit et prêt à toutes les expériences, pourvu qu'elles lui soient bénéfiques, en lui apportant par exemple un mieux-être ou la satisfaction d'un accomplissement personnel, et pourvu qu'elles soient légitimées par une parole experte, s'est dépêché de retenir la leçon et de se l'appliquer. Avec beaucoup plus d'énergie et de résolution que son pote Max – soyons miséricordieux : le pauvre encore sous le coup de sa rupture n'a pas les mêmes ressources mentales que lui – puisque, depuis deux mois, il évite de rentrer chez lui ; il dort sur son paillasson, à la porte de son appartement. 


    votre commentaire
  • Lucien empêché

    Depuis que Lucien donne son avis, il prête le flanc à la critique. On peut certes lui reprocher sa générosité à géométrie variable, ses fluctuations selon qu'elle concerne son avis ou son flanc. S'il renonce volontiers au premier, il tient à récupérer le second. À sa décharge, il est plus facile de retrouver un avis qu'un flanc. Sauf à vivre à la montagne ou en terrain escarpé, et encore, il est parfois glissant. Il peut facilement nous échapper. En plus de prêter le flanc, on perd pied et l'on se retrouve les quatre pattes en l'air. Lucien se méfie de la critique. Sous le prétexte qu'elle est souvent gratuite, elle s'autorise des privautés. S'il n'y prend garde, elle s'appropriera son flanc et le laissera comme deux ronds, justement, des ronds de flan. Et ça ne lui dit rien, à Lucien, parce que bof, un rond de flan, ça ne fait pas trop rêver ; et pas plus deux qu'un. Il la surveille, donc. Il la garde à l’œil et en ligne de mire. Il s’assoirait bien dessus aussi, le meilleur moyen de se prémunir contre ses inclinations. À portée de main et sous ses fesses, il la tiendrait sous sa coupe et lui ferait battre la sienne, de coulpe. Si bien que la critique serait obligée de le lui rendre, son flanc, au bout d'un moment. Parce que Lucien a beau faire du sport et réduire les sucreries, il pèse toute de même son poids et celui de ses vêtements, ce qui n'est pas rien. Elle étoufferait, rendrait gorge, sauf que Lucien, sa gorge, ça ne lui dit rien ; il préfère son flanc à lui à sa gorge à elle. Il en a déjà une opérationnelle, merci pour elle, qu'il n'a pas l'intention de remplacer même si parfois elle gratte un peu. Alors il insisterait et la critique n'aurait d'autre choix que de le concéder. Déjà qu'il donne son avis, il ne faut pas abuser. Il trouve la critique exagérée. On lui cède ça, elle réclame ça. Elle n'en a jamais assez. À bien y penser, ça le révolte, Lucien, toute cette avidité. Il est bonne pâte, bonne poire aussi, il l'admet, et l'ensemble fait une bonne tarte, mais il ne faut pas pousser Lucien dans les orties. Ça pique ! D'autant qu'il n'est pas une mémé. Il y a des limites à ne pas franchir et des côtes, aussi pentues que son flanc soient-elles, à ne pas gravir. L'histoire d'Adam le confirme : une côte en moins et hop, ceinture, on doit s'astreindre à un régime alimentaire serré, une pomme pour menu. Bonjour l'enfer ! Surtout que la contradiction a tôt fait de se manifester et de solliciter son dû, elle aussi. Elle revendique sa part de flanc. Si bien qu'à la fin, l'on ne sait plus où donner de la tête. Au point de la perdre, sa tête, et ses nerfs avec. Et le voilà dépouillé. Il ne manquerait plus qu'on lui demande sa parole, aussi, alors même qu'il l'a déjà libérée. Il ne lui resterait qu'à se taire. Et à garder son avis pour lui. Voilà comment on coupe les élans de générosité des gens ! Vraiment : quel gâchis !


    votre commentaire
  • Lucien met son nez au régime

    Lucien a le nez fin, on l'a déjà constaté. Un état qu'il doit à une discipline de fer ; du fer un peu rouillé sur les bords, certes, rongé par l'usure ou les rats ; du fer, malgré tout. Il a assujetti son appendice à un régime vigoureux et sans concession pour parvenir à ses fins, justement, et à cette sveltesse, et soumis ses narines à rude épreuve.

    Il prit le taureau par les cornes et ses naseaux après avoir surpris la conversation de deux voisines. Elles eurent beau baisser la voix en le voyant déboucher de sa volée d'escalier et aborder leur palier, le regard gêné qu'elles lui adressèrent ne lui échappa pas. Et il discerna très bien, en passant devant elle, détachés de leurs chuchotis, les mots gros nez. Des mots qu'il attrapa au vol et qui le persuadèrent de passer à l'action. Les coups d’œil furtifs et les haussements réciproques de sourcils qu'elles échangeaient et soulignaient par un silence non seulement révélateur mais aussi accusateur ne laissaient aucun doute quant à l'identité du propriétaire du blase ainsi montré du doigt et de leur menton poilu.
    Sitôt dans sa salle de bain, Lucien procéda à des vérifications devant son miroir. Il examina son nez. Sous toutes ses coutures et ses orifices. Le rapprocha de son reflet, l'écarta, le mit de profil, puis de face. Il réfléchit. Tout à coup, le remua dans tous les sens. Le retroussa, le tordit, l'allongea, le détendit et recommença. Trente secondes d'exercices acrobatiques, après lesquelles il renifla. Il lui imposa un nouvel examen détaillé. Aucun changement apparent. Lucien ne perçut pas d'évolution. Ni d'encourageante, encore moins de concluante. Il retourna à ses études et réfléchit à nouveau.
    Il se rendit dans la cuisine. Sortit d'un placard la balance électronique que sa mémé, incapable d'en comprendre le fonctionnement, lui avait généreusement refourguée, et la posa sur sa table. Il plaça sa tête au-dessus, prit une longue inspiration et, d'un rapide mouvement du buste, plaqua son nez contre. Des chiffres s'affichèrent sur l'écran. Trois kilos quatre cent cinquante, traduisit-il. Il se redressa aussitôt. Ça n'allait pas du tout ! Mais pas du tout, du tout !!! Il soupira, rangea sa balance et réfléchit encore.
    Muni d'une règle et d'un crayon, il retourna dans la salle de bains. À l’aide de repères sur son miroir, nota les mensurations de son nez. Puis, recommença ses exercices. À se bousculer les narines, se malmener l’arête, se frapper les ailes. Il saisit la base entre son pouce et son index, tira, pinça, appuya, agita. Et s’interrompit, s’empara de sa règle, mesura à nouveau les dimensions de son appendice rougi et fronça les sourcils. Le résultat ne le satisfit toujours pas. Il poursuivit donc son entraînement nasal. Une demi-heure de ce régime et le voilà dépité, nez bleui, qui de rage, jeta son crayon dans le lavabo. Son tarin ne maigrirait donc pas ! se lamenta-t-il. Il dut se résigner : la méthode n'était pas la bonne. Malgré cette gymnastique intensive, pas un millimètre de gagné ! Pire : son pif avait gonflé !
    Lucien réfléchit à nouveau. Dix bonnes minutes à soutenir son reflet avant que son visage ne s’éclairât. Mais c’était bien sûr ! Il n'y avait pas mieux pour se débarrasser du gras ; il fallait trancher dedans ! Il fila dans la cuisine, se précipita vers le tiroir de son meuble de rangement, l’ouvrit, empoigna un long couteau de cuisine et revint fissa avec, dans sa salle de bain, devant son miroir et écran de contrôle. Concentré, il approcha très délicatement la lame de son visage.

    « AÏE ! ! ! » entendit-on hurler dans l’immeuble.

    Les deux voisines bavardaient dans le hall d’entrée de l’immeuble, quand un bruit de pas en provenance des escaliers les contraignit à baisser la voix. Elles se détournèrent pour regarder qui venait là, se figèrent, éberluées. Lucien traversa le hall en les ignorant ostensiblement, un énorme pansement ensanglanté, noué en poupée au milieu de la figure.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique