• "Petit ailleurs", un collectif d'Antidata

    Après le collectif Parties communes paru chez Antidata, en 2016, où j'avais déjà le plaisir de figurer, voici Petit Ailleurs, le nouveau collectif de la maison, avec à nouveau l'une de mes nouvelles au sommaire : Le réveil du nain de jardin.

    Cette fois, le thème proposé était la cabane ! Et c'est une grande joie d'être à nouveau associé à l'aventure et de rejoindre ce superbe sommaire composé des textes de Laurent Banitz, Guillaume Couty, Thierry Covolo, Antonin Crenn, Louise Fonte, Nicolas Houguet, Johanna Jossau, Gilles Marchand, Fabien Maréchal, Stéphane Monnot, Bruno Pochesci, Pascale Pujol, Christophe Ségas.

    Et avis aux Parisiens, mercredi 22 novembre 2017 à partir de 19h, soirée de lancement de l'ouvrage à la librairie Charybde (129 rue de Charenton, Paris 12ème) ! 

    Le livre est à commander dans toutes les bonnes librairies.
    Pour davantage d'informations : le site d'Antidata !


    votre commentaire
  • Suspense pour le n°6 de la revue Bloganozart

     

     

    Le numéro 6 de la revue Bloganozart vient de paraître et je suis très heureux de figurer une fois de plus au sommaire !
    Après mes contributions dans le recueil A-marée, puis dans le numéro 4 de la revue, c'est donc au tour de mon texte intitulé Cinéfil d'avoir les honneurs de cette inspirée revue. Et cette fois, le thème est Suspense. Il n'y a pas à hésiter : un plaisir de lectures garanti ! 

    Pour en savoir plus sur le numéro et se le procurer, il suffit d'aller sur le site de la revue et de le commander à Bloganozart.

     

     

     

     

     

    Illustration : Hélène Demuylder ©


    votre commentaire
  • Le 27ème Salon de la revue, à Paris, du 10 au 12 novembre 2017

     

    Je n'y serai pas physiquement mais vous pourrez y trouver quelques uns de mes mots puisque je figure dans les derniers numéros des revues Dissonances et Bloganozart et que ces revues viendront y présenter leur travail. La revue FPM, qui m’accueillera dans ces pages  à la fin de l'année, sera également présente. L'occasion de découvrir ces passionnantes revues, ainsi que toutes les autres, et de vous offrir une plongée dans la création littéraire contemporaine, diverse et hors des sentiers battus.

    Pour tout savoir, voici le programme !

     


    votre commentaire
  • A Echenans s/s Mt Vaudois : "Livres en fête", 4ème !

     

     

     

    J'aurai à nouveau le plaisir, cette année, le dimanche 12 novembre 2017, toute la journée, de rencontrer les lecteurs d'Echenans s/s Mt Vaudois (70), à l'occasion de la manifestation "Livres en fête". Une ambiance chaleureuse et joyeuse pour ce rendez-vous littéraire auquel je me réjouis de participer ! Idéal pour préparer les fêtes !


    votre commentaire
  • Le texte est de circonstance ! L'occasion d'en reparler maintenant, en cette période de Toussaint et de le (re)proposer à la lecture.

    Ma nouvelle Dia de los muertos, parue dans le numéro 23 deDia de los muertos la revue L'Ampoule (voir ici) est toujours en accès libre sur le site correspondant.

    Une histoire de mariachis, de calaveras, de panier et de narcocorridos à (re)découvrir dans L'Ampoule, n°23, p 64.

    "... Il se tenait sur le perron. Au fond d'un panier, recouvert de journaux. Elle sut immédiatement que c'était lui. Ce ne pouvait être que lui. Elle reconnaissait son guitarron, à côté, debout contre le chambranle de la porte. L'instrument offrait son ventre bombé aux regards. Dessus, les initiales «BF» s'étalaient. Elle les contempla : en lettres de sang, la signature de l'expéditeur..."

     

    Par Tomascastelazo — Travail personnel, CC BY-SA 3.0,
    https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5542895


    votre commentaire
  • Dans le n°33 de la revue Dissonances, Fuir

     

     

    C'est avec plaisir et fierté que je présente le n°33 de la revue Dissonances, où j'ai la chance de figurer. La fameuse revue littéraire a, en effet et entre autres, sélectionné mon texte intitulé Ceux qui restent, pour l'intégrer à son sommaire. Il s'agissait d'écrire sur le thème "Fuir".

    Je vous invite à le découvrir ici, sur le site de la revue, où vous verrez le beau programme concocté et à vous le procurer séance tenante en librairie ou auprès de la revue (voir ici pour tout savoir).

    Les Franciliens et les autres de passage à Paris pourront aussi trouver ce numéro et les précédents, au Salon de la revue, à Paris 4ème, à la Halle des Blancs-Manteaux (48, rue Vieille-du-Temple), les 10, 11 et 12 novembre 2017.


    votre commentaire
  • Deux soleils se couchent
    En reflet le rouge à joues
    Les fruits ronds du jour

    J'ai chaud quand tu rougis.

    Tout rouge


    votre commentaire
  •  Rappel : rencontre le 18/10/2017, à Belfort

     

     

    Mercredi, à 16h, à l'Atria de Belfort (salon Nobel), au cours d'un débat animé par Jean-Marie Choffat, l'on discutera de la situation de père au foyer !

    Venez nombreux ! 

     

     

     

     

     Dans L'est Républicain - Octobre 2017 :

     Rappel : rencontre le 18/10/2017, à Belfort


    votre commentaire
  • L'âge des possibles

    "J'sais pas quoi faire qu'est-ce que je peux faire."
    L'antienne est connue. Anna Karina l'a portée haut en étendard.
    "J'sais pas quoi faire qu'est-ce que je peux faire."
    Compliqué, dès lors que tout intéresse et que rien n'empêche. À la croisée des chemins, s'impose le moment de réduire le champ des possibles.
    — Tu pourras toujours, après...
    Rien n'interdit d'y revenir ensuite. On dit ça, on sait que ce n'est pas aussi simple. Commence par ça, tu verras après... Sauf qu'après... difficile, parfois, d'avoir encore le "jus"...
    — Il va falloir que tu te décides.
    La pression, alors qu'elle a la vie devant elle. Elle n'a pas envie de se laisser enfermer. Il y a tant de domaines à explorer, de disciplines à aborder, de voies à frayer. Il faut se déterminer ; on réclame des experts et, dans le même temps, des gens capables de s'adapter, d'alterner les métiers. Des injonctions contradictoires. On demande aux jeunes de s'orienter, de choisir leur spécialité et on les prévient qu'ils devront en changer, qu'ils seront amenés à "évoluer". Les pousser dans des ornières desquelles ils seront contraints de se tirer... 
    — Je sais. Laisse-moi tranquille !
    Entre les sciences et l'astrophysique, le journalisme, la musique, le droit, pencher ! Les humanistes et les encyclopédistes des Lumières n'avaient pas ce problème qui embrassaient tout.
    — Réfléchis-y, sinon tu te prononceras dans la précipitation.
    Le degré de sophistication des connaissances est tel que tout savoir revient à ne rien savoir. Mais notre époque ne souffre-t-elle pas, aussi, d'un défaut de Lumières ? Dans quatre mois, ce sont les inscriptions pour l'après-bac... Quel chemin privilégier ?
    — Mais je sais !!! Lâche-moi un peu !
    Excédée, elle s'en va.
    Je la regarde s'en aller et la regarder me rassure. Je me rends bien compte qu'il n'y a pas lieu de se tracasser. Peu importe le seuil à franchir, l'avenir lui appartient.


    votre commentaire
  • Au bout de sa dix-huitième mort, Janka songea à la dix-neuvième et en y songeant, elle advint.

    La 19ème mort de Janka


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires