• Puis-je me résoudre à un tête-à-tête avec mes mots ? Leur existence suspendue à la mienne seule. Ils n'ont de réalité que celle que je leur accorde. Il suffira que je disparaisse pour qu'ils se dissipent à leur tour et réduisent mes heures à eux consacrées à une absurdité irrémédiable. Le sens du néant. Et je me dis que c'est l'empreinte que je laisserai, ce néant, une empreinte qui aura le mérite de ne peser ni sur les générations à venir, ni sur la terre. Rien ou presque n'aura souffert de mon passage ici ; j'aurai marqué le monde comme une plume un sol en béton. Pffuitt. Je me volatiliserai avec mes milliers de mots. Plus rien n'en subsistera. Il y a du tragique dans ce destin, où la vie se réduit à rien. L'insignifiance et le désespoir. Les consolateurs y trouveront l'expression d'un peu de sagesse. Vanité...

    Tête-à-tête


    votre commentaire
  • Les bruits étouffés de la forêt me font sentir fantôme en hiver 
    Branche en hiver d'un arbre embaumé dans la brume
    Je me vois ombre et silence en hiver.

    En hiver


    votre commentaire
  • Contre les murs de la forteresse, Janka se cogna la tête. Il ouvrit les yeux, découvrit la ligne de sang qui le liait à l'édifice et s'enroulait autour de ses chevilles. Il battit le sol des pieds afin de s'arracher à l'entrave. Creusa la fosse de laquelle surgirent les racines des fondations. Elles se propagèrent, envahirent l'espace qu'il libérait à coups de talons. Elles s'accrochèrent à ses membres, les rivèrent au limon de la cité. Janka, en vain, se débattit pour se soustraire à ses chaînes. Il ne réussit qu'à resserrer leur étreinte, qu'à accélérer son engloutissement dans les sables mouvants des oubliettes.

    La 22ème mort de Janka


    votre commentaire
  • Lucien pose un lapinUn coup d’œil à gauche, un coup d’œil à droite. Tout va bien ! Pas de renard à l'horizon. Aucun lézard, non plus. Lucien se glisse dans la salle d'attente et y pose son lapin. C'est qu'il n'a pas trop envie de le rencontrer, son dentiste. Et on le comprend. Il plaque son doigt contre sa bouche, croix de bois croix de fer : celui de l'odontologiste ne passera pas. Puis il s'adresse à l'animal désorienté qui ne sait plus quoi ronger sans carotte ni frein.
    — Tiens-toi tranquille !
    Il lui tend un navet pour l'aider à poireauter, en échange lui prend la clé des champs. Mais l'animal n'est pas rassuré. Si le praticien se casse le nez, il pourrait aussi bien se casser les dents sur son cas. Ses incisives en feraient les frais. Si ce n'est son râble ou la cuisse. Rien qu'imaginer le carnage lui donne la chair de poule et un air de gallinacée mouillée, ce qui a pour effet de blesser son amour-propre et de le chagriner davantage. Il en attrape des oreilles basses et une queue en berne. Lucien ne se laisse pas pour autant attendrir. Le lapin a beau le regarder avec des yeux de merlans frits, il ne le laissera pas filer comme une anguille. 
    — Désolé Jeannot.
    Lucien referme la porte derrière lui. À pas de loup, s'éloigne du cabinet. À distance respectable de la fraise et des râteliers, à l'abri des volées de bois vert et dans les plumes, il respire. Il l'a échappé belle. Il ne sait pas ce qui lui a pris de demander rendez-vous. Un moment d'absence… Heureusement que Jeannot, sorti du chapeau et de derrière ses fagots, l'a remplacé au pied levé et aux babines retroussées.


    votre commentaire
  • Salon du livre de Mathay, avec les Plumes Comtoises

     

     

    Le 24 novembre 2019, comme l'année dernière, le même jour, je me trouverai au salon littéraire de Mathay avec les Plumes Comtoises pour y présenter et y proposer mes livres.

    Tout juste un mois avant Noël, l'opportunité de trouver des idées de lecture, hors des sentiers battus, pour les fêtes !


    votre commentaire
  • Amer il rame

    Âme en l'air
    Arme une aile

    En obole une larme

    Charon


    votre commentaire
  • me hèle c'est ta fille ? je lui réponds oui elle porte une minijupe me fait-elle remarquer avec un air de réprobation je regarde le chemisier qui dépasse de la doudoune de ma fille et qui tombe sur son pantalon slim la bonne femme répète elle porte une minijupe je la toise n'importe quoi je m'énerve que me veut-elle l'obsédée du camouflage mode sac à patates est-ce que je lui demande moi est-ce que je lui demande hein pourquoi elle se fourre le doigt dans l’œil et dans le nez est-ce que je lui demande moi est-ce que je lui demande pourquoi elle est assise à deux heure trente de l'après-midi à la terrasse d'un bar à écluser les réserves du patron pourquoi hein pourquoi elle est là à deux heure trente de l'après-midi à picoler en critiquant le monde elle n'a rien de mieux à faire qu'à s'indigner avec son verre dans le pif de la tenue de ma fille elle n'a rien de mieux à faire qu'à me rendre méchant prêt à mordre à éructer j'ai envie de lui clouer sa bouche à merde de mère la pudeur de lui renfoncer dans sa gorge ses réflexions inquisitoriales je m'énerve je passe mon chemin ma fille à mes côtés qui redoute un départ en vrille que je réplique qui m'en empêche je ne réplique pas ça n'en vaut pas la peine même si ça me démange me soulagerait je passe mon chemin ma fille à mes côtés qui me retient par le bras me tire pour qu'on avance je passe mon chemin ma fille à mes côtés qui me chope le regard hausse les épaules je passe mon chemin je m'énerve facilement ces derniers temps je réagis impulsif l'épiderme sensible les nerfs en boule à la mode d'aujourd'hui où tout le monde au quart de tour sur ses ergots à fleur de peau lance son avis ses anathèmes où les insultes fusent où les condamnations déferlent je ne sais pas ce que j'ai l'air du temps qui me contamine m'enfume m'enlise la cervelle il ne faut plus grand chose pour que la colère monte il ne faut

    p 3207 : je passe mon chemin


    votre commentaire
  • Lucien reprend du poil de la bêteLucien a traversé une passe difficile. Il va mieux à présent. Il a repris du poil de la bête. Et plutôt deux fois qu'une.
    — Aïe ! réagit Max. 
    Il s'est tourné vers son pote Max parce qu'il en tient une sacrée couche, que ses dents ne sont pas trop pointues et que ça fait moins mal de s'en prendre à lui qu'au chien de sa voisine.
    — T'es malade ou quoi ? s'indigne le grognon pas prêteur.
    Lucien hausse les épaules. Son pote n'a même pas essayé de le mordre.
    —  Ben non, justement, vu que j'ai repris du poil de la bête.
    Il agite son butin devant le nez de son copain. Avec la belle touffe qu'il a arrachée et qui s'ajoute à ses précédentes, le voilà prémuni contre l'adversité et paré pour affronter la saison nouvelle. Max, en découvrant l'envergure du fauchage, blêmit. Il se tâte le crâne, constate l'étendue du scalp. 
    —  Mais t'es vraiment malade ! persiste-t-il.
    Lucien considère son interlocuteur, se demande s'il est sourd ou s'il est con. Il se rappelle qu'il est surtout bête. Il ne semble en tout cas pas dans son assiette. Encore moins dans sa soupière. Même pas dans l'ébréchée, en dépit du cheveu qu'il avait récupéré sur sa langue, la dernière fois qu'il l'avait invité à manger sa soupe. Sans doute l'a-t-il perdu depuis et manque-t-il maintenant d'un peu de poils. Un diagnostic que l'observation de sa tête dégarnie vient confirmer. Il n'avait pas remarqué les progrès de sa calvitie, jusqu'alors, cette brèche en haut et à droite de son front où la chair à vif lui fait une peau d'imberbe. Lucien s'en émeut. Dans sa grande générosité, il extrait trois brins de son bouquet, les tend à son ami.
    — Tiens, tu pourras toujours te gratter !


    2 commentaires
  • À cloche-tâtons, le somnambule sculpte les contours de ses rêves.
                    Il ne voit pas le vide sous ses pieds.
                                         Funambule encotonné sur la corde d'un trou noir. 

    Somnambule


    votre commentaire
  • Face à la paroi, l’oreille contre, Janka ausculta la roche. Il la sonda à la recherche de brèches par lesquelles disparaître. La surface métallique n’offrit aucune prise. Il se résolut à l’entailler. Il y planta ses ongles sous lesquels sa pulpe écorchée, à force de pression et d’insistance, s’effrita. Il grignota ses phalanges, puis ses doigts qui se disséminèrent en poussière le long de la frontière. Il n’eut plus de mains. Il usa alors ses moignons. Les frotta contre la peau lisse du terme du monde. Il se désagrégea par petits bouts. Squames absorbés par la terre, lambeaux de chair éparpillés dans l’air ferreux des temps révolus. Son corps ne tint plus que par sa tête dont il dévora encore les joues et le front. Il creusa ainsi jusqu’à ce que de lui ne subsista plus rien. Pas même la trace luisante d’un début d’érosion sur la parcelle combattue. À peine le stigmate d’une griffure imperceptible qui se colmata, fondue dans le bloc, quand Janka passa à travers.

    La 5ème mort de Janka


    votre commentaire