• Tout premiers avis de lecteurs sur le Bunker, troisième témoignage

    Voici les tout premiers retours publics de lecteurs et compagnons de route internautes, sur le bunker 3, déposés sur la toile et les fora littéraires en particulier, au fil des conversations. Je ne résiste pas au plaisir narcissique de les restituer ici (promis, je n'abuserai pas du procédé...). Que les concernées veuillent bien me pardonner cette faiblesse !!! Et pour ceux qui s'interrogeraient, Pilgrim est mon pseudo de surfeur du cloud ! 

    De l'écrivain Nathalie Vignal, sur le forum Imperialdream :
    "Les extraterrestres ont oublié l'un des leurs et devinez, il est sur IDEY, on en a de la chance. Plus sérieusement, c'est une explosion qui m'a emportée, j'ai pas lâché le bouquin, sauf pour faire une pause clope...  Je vous avais parlé de Sommeil, de Murakami... enfin je crois... bref, je l'avais dévoré pour cette petite voix magique qui m'attrapait et peu importe où elle m'emmenait, et bien, celle de Pilgrim, qui ressemble plus à un cri qu'à une petite voix, c'est idem. Je me suis dit qu'il était cinglé, mais quel magicien !!! Il nous a fait du Grand Art ! Encore Bravo, Pilgrim."

    De Valérie Laplanche, auteure de l'excellent recueil Impressions, soleil couchant, sur le forum Maux d'auteurs : 
    "Le sieur Camus a un talent… un talent… énorme.
    Ah non, c’est un peu court, jeune fille, on pouvait dire… ah, Dieu ! Que Pilgrim part en vrille !
    Jolie, la vrille.
    Du reste, je soupçonne fortement l’auteur d’avoir concocté son récit à la mode de l’Actor’s Studio, enfermé dans quelque bunker rescapé de la dernière guerre. (Mais qui donc gardait les enfants ?)
    Premiers mots, premières pages, foin de salamalecs, on se retrouve en apnée dans l’histoire. Le style corrosif et mordant dissout tous les atermoiements, sous la vague, la férocité. Je me marre et j’en redemande. Mais qui dit vague dit sable et qui dit sable dit mouvant. Insidieusement, voilà que l’on perd pied, pour s’être tenu trop près des personnages. Tout juste si l’on se sent glisser. Et l’humour change de densité, est-ce encore de l’humour d’ailleurs, ça y ressemble mais convoque dans le même temps certaines de ces noirceurs qu’on voudrait ignorer. Pas de ça chez nous. Mais qui sait, au fond, jusqu’où nous sommes capables de plonger ?
    Sacré Pilgrim, si je m’attendais…
    Je recommande. Absolument."

    Et, toujours sur Maux d'auteurs (et FB) les mots gentiment déposés par Danielle Akakpo, auteure entre autres de l'émouvant Jen et Juliette et du drolatique D'amour et d'oseille : 
    "Quels trésors d'imagination, quelle création d'atmosphère ! Le roman m'a sacrément remuée. Je n'en dirai pas plus pour laisser aux futurs lecteurs le plaisir de la découverte. Bravo !"

    Enfin, je ne résiste pas au plaisir de rapporter l'avis (également posté sur le forum MDA) de l'écrivain Laurine Roux, dont j'admire particulièrement les écrits (le dernier en date dans la revue Métèque 2) et dont je recommande le passionnant (et je pèse mes mots) blog : Pattes de mouche :
    "Viens de terminer Le Bunker, Troisième témoignage, lu d'un souffle, de plus en plus dense et tassé, le rythme tendu par les 100 pages, comme la peau du ventre d'Andréa, d'ailleurs on attend un peu la fin comme une délivrance, une mise à bas... et la vague en motif, les répétitions qui enflent le texte... Tout ce que j'aime, quand la forme, les motifs, le rythme et les références se répondent en écho, ici contre les parois d'un Bunker oppressant. D'ailleurs, la légèreté d'apparence du début laisse vite place à des phrases plus resserrées, les images moins désinvoltes, imprimant un mouvement de vague réussi au phrasé. Ça, c'est beau.
    Je crois savoir que tu aimes Volodine. J'ai pensé à lui par moment; fière intertextualité.
    Toutes les références au Moyen-âge, à Villon, à la sculpture, à l'art et surtout à Dostoïevski sont bien choisies, doublées de renvois au cinéma qui, là encore, opèrent comme l'eau qui vient claquer contre l'eau: l'art sur l'art, l'art dans l'art, figure de la métalepse qui s'ouvre ici en vaste question sur la personne de l'écrivain, du fou, de l'artiste, de l'humain... et un chaman... ça pouvait que me plaire!
    B-R-A-V-O."

    Voilà pour l'entrée en matière et cet accueil très réconfortant ! Un grand merci à elles !

     

    Mises à jour (avril 2016) : 
    D'autres retours publics supplémentaires, parce qu'après tout, j'aurais tort de me priver. Alors voilà !

    De Mémoire du Temps, auteure d'une imparable et originale Novella de science-fiction, La verge noire aux éditions ELP :
    "J'ai lu aussi, j'ai adoré l'humour au second (ou plus, bien plus) degré, les références ciné (justement, deux références pour les prochains auteurs du bunker qui liront, très surréalistes, et en profiteront peut-être : "L'ange exterminateur" de Bunuel et "Le territoire" de Raoul Ruiz) les références à la sculpture, même si j'avoue ne pas être très documentée, l'histoire dans l'histoire aussi... enfin plein de choses qui donnent une impression très originale à ton récit... bien sûr on pense aussi à ce court-métrage culte "Le bunker de la dernière rafale".
    Je relirai en plus certainement histoire de le gober en une fois et non par petits bouts...
    J'espère que tu vas nous en écrire d'autres des récits plus longs qu'une nouvelle !"

    Un avis de Daniel Birnbaum, poète et auteur, entre autres, d'une plongée fascinante au cœur de la société camerounaise et de ses intrications, La poupée effacée (Jacques Flament Editions). Un avis assez bref mais qui, je dois le dire, m'a particulièrement fait plaisir même si la référence est assez lourde à porter :
    "à propos de bunker, je viens de lire celui de Pilgrim, c'est brillant, c'est du Dick."

    Un avis d'Eliptik, auteure aux multiples talents, qui écrit aussi bien pour les petits que pour les grands (avec son recueil Morts en vrac) et aux dons d'illustratrice certains :
    "Je l'ai lu, j'ai adoré ! Les références m'ont touchée. La folie des hommes aussi. Bravo l'auteur !
    Et vive la Vague et le chewing-gum !"


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jeudi 31 Mars 2016 à 13:25
    MamLéa

    Y a que la gente féminine qui apprécie ? Du coup, je ne sais plus si j'ai commenté...  ce serait un oubli !

    J'ai aimé l'originalité et de côté déjanté, et aussi, comme faisant partie d'un tout qui lui donne davantage de saveur.

    2
    Jeudi 31 Mars 2016 à 14:36

    Merci MamLéa (c'était un oubli wink2 mais bon, on n'est pas non plus obligé de commenter smile, on peut juste lire !!! ... ou pas... ) ! Je n'ai pas tout répertorié sur cette page (il s'agit là des premiers retours écrits que j'ai reçus et qui dépassent le simple j'aime/j'aime pas...) mais je crois en effet que les femmes lisent beaucoup plus que les hommes...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :