• Lucien prend la tangente

    Lucien prend la tangenteIl végète là depuis sept minutes, il en a assez. Quelle plaie ! Un calvaire ! Lucien se demande pourquoi il a accepté l'invitation. Sa gentillesse le perdra. Quand Monsieur Barbon lui a proposé de les rejoindre, il a bien manifesté des réticences mais le bonhomme a insisté. Impossible de se désister. Contraint de lui faire plaisir et de s'exécuter. Ils étaient cinq autour du barbecue. Ils discutaient de la météo, s'étonnaient des records de chaleur, redoutaient le pire pour les années à venir. Monsieur Barbon l'a présenté à ses amis.
    — Je vous présente Lucien. Il était devant la maison. Je l'ai surpris à regarder à travers les grilles du portail, a-t-il précisé en leur adressant un clin d’œil. Je lui ai donc dit de rentrer.
    Lucien passait aux alentours. Attiré par les odeurs de viande grillée, il s'était enquis de leur provenance et fait piéger par l'enquiquineur, qui avait décelé en sa personne la solution à leur ennui. Monsieur Barbon avait sauté sur l'occasion, lui en l’occurrence, mais pas trop haut, pour rompre la monotonie de leur conversation et, surtout, lui casser les pieds. Lucien s'en mord les doigts et ses saucisses trop grillées. Il a envie de partir. Il s'écarte du cercle que forment les convives autour du brasero, cherche autour de lui le moyen de s'éclipser. Il repère la sortie. Analyse la situation. Il doit procéder à quelques ajustements.
    — Excusez-moi, s'adresse-t-il à l'un des participants au méchoui, qui retourne une merguez sur les braises et réchauffe ses arguments sur l'évolution du climat. 
    Lucien le décale un peu sur la gauche, vers le feu qui, par son apport à la température ambiante, confirme les thèses environnementales du sentencieux. Lucien se tourne ensuite vers le voisin, qui n'ose pas se plaindre de la carbonisation de sa chipolata, et le déplace de deux pas en retrait, puis se tourne vers l'hôte des lieux, qu'il pousse de quelques centimètres et qui s'étonne de ces manières.
    — Que faites-vous ?
    Lucien, qui n'en a que trop entendu et peine à le digérer, refuse de participer à cette nouvelle discussion. Il vérifie la courbure obtenue par son nouvel agencement, vise le point de la sortie, évalue la ligne qui le relie à la périphérie du groupe, corrige encore les positions des convives. Une fois obtenue une tangente satisfaisante et bien fuyante, il en remonte le fil jusqu'à l'issue et, sous les yeux estomaqués de ses partenaires de grillades, se barre.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :