• Lucien mesure le chemin parcouru

    Lucien mesure le chemin parcouru

    Bientôt, la fin de l'année ! Le moment de faire le point, de dresser le bilan, de mesurer le chemin parcouru.
    — Ouaip.
    Lucien, qui est un bonhomme consciencieux, ne se défile pas et s'astreint au plus intransigeant examen de conscience dont puisse se satisfaire un individu en pleine possession de ses moyens intellectuels. Il commence par le point. C'est le plus facile. Du tiroir de son bureau en merisier laqué, il tire la fiche qu'il remplit depuis qu'il a appris à lire et à écrire, empoigne son stylo quatre couleurs qu'il utilise depuis son passage aux Beaux-Arts, choisit le vert qu'il préfère depuis qu'il se prosterne devant l'effigie de Pierre Rabhi et, d'un mouvement enrobé du poignet, la bille en tête, marque le point. 
    — Et hop !
    Voilà le beau geste et un travail rondement mené ! Il compte sur la page les points qui la jalonnent, en énumèrent 15. Il n'y a pas à dire, il a marqué des points, durant toutes ces années. De quoi être fier. Cependant, Lucien n'est pas le gars à se complaire dans ses succès ni à se gratter le nombril indéfiniment. Il passe donc à l'épreuve suivante, aussi herculéenne que le dressage de bilans soit-elle.
    — Ouaip.
    Dans le même tiroir de son bureau en merisier laqué, il plonge sa main experte. Quand il a repéré de ses doigts agiles le bilan qui les lui brûle, il le sort. Et comme il est lourd, il le dépose par terre. Lucien le considère, se demande par quel bout l'apprivoiser. Il se méfie car il a un faux air de son banquier. Il ne voudrait pas qu'il lui saute à la gorge. Sans tarder, il va récupérer son fouet dans le placard de sa cuisine, revient en le brandissant vers le bilan qui, instantanément, la ramène moins. Lucien ne se laisse pas émouvoir. Déterminé et à coups de fouet bien proportionnés, il se charge de son éducation. Il alterne mouvements passifs assortis de murmures à son oreille et matraquages actifs en guise de représailles. Lucien ne ménage pas sa peine. Il fouette, fouette, jusqu'à ce que le bilan monté en neige soit consolidé et lui évoque, avec ses traits lacérés et ses mèches en bataille, davantage son copain Émile qui le dépanne, que son distributeur d'agios et sa tête de débit.
    — Ouf !
    Lucien s'éponge le front. Le bilan est dressé, il peut mesurer maintenant le chemin parcouru. L'exercice requiert de sa part toute sa contention d'esprit car il s'agit de se rappeler où il se trouvait l'année précédente, le même jour à la même heure. Il se creuse les méninges, se livre à une prodigieuse introspection, qui l'amène à flirter avec les démons refoulés au fond de ses cavités intimes. Une expérience du vide de laquelle il ressort avec la conviction que l'année précédente, au même moment, il se trouvait là, exactement là, sur la quatrième dalle du sol de son salon en partant de la droite, où il se trouve actuellement.
    — Euréka ! s'exclame-t-il parce qu'il est lettré.
    Il court chercher son mètre, revient à l'endroit défini et mesure l'écart. Zéro centimètre, révèle l'instrument. Zéro ! Lucien s'étonne. Il trouve que cela fait peu. Il est vrai que zéro, ce n'est pas grand chose, comme chemin parcouru. Pas de quoi fouetter un bilan ! Il est un peu déçu, Lucien. Il s'attendait à mieux. Alors il réfléchit car, comme chacun sait, on n'est jamais mieux servi que par soi-même. Il réfléchit et se dit que l'année dernière à la même heure, il se trouvait à cette place, qu'il lui suffit donc d'aller là, à deux dalles, pour se dresser à un endroit différent. Ni une ni deux, il se précipite et voilà Lucien arrivé à destination. Il déroule aussitôt son mètre, lance une nouvelle campagne de mesures.
    — Un mètre douze, s'écrie-t-il, triomphant.
    Sûr qu'un mètre douze, comme chemin parcouru, ça en dit autrement plus long.
    — Ouaip.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :