• Lucien gère son stress

    Lucien gère son stress

    En fin d'année scolaire et universitaire, l'heure est aux examens, concours et autres évaluations. Lucien n'est pas exempté. Lui aussi affronte son lot de contrôles, dentaires, urinaires, sanguins ou de son taux d'alcoolémie, chacun sa croix et son stress à endurer.
    — Je stresse, je stresse, je stresse, répète-t-il pour mieux s'en convaincre.
    Faudrait pas que l'angoisse lui fasse perdre ses moyens et souffler de travers dans le ballon, ni uriner à côté de la pipette. Il tient à passer l'épreuve dans de bonnes conditions et en pleine possession de ses facultés.
    — Respire profondément, lui conseille Max. 
    Lucien n'est pas convaincu par la méthode. Respirer, il y est habitué ; il s'y applique sans même y réfléchir, et son stress n'augmente pas quand il la retient, sa respiration. D'ailleurs, afin de démontrer l'ineptie de la proposition de son ami, il part en apnée. Il résiste quinze secondes et constate, désabusé, qu'il ne s'est pas détendu depuis qu'il a repris l'air. 
    — Tu vois, je ne suis ni plus ni moins stressé.
    Et ce disant, il lance une longue expiration vers Max, contraint de détourner le visage pour ne pas s'évanouir. 
    — Profondément, j't'ai dit, insiste Max, en inspirant une goulée d'air pur, derrière lui, pour s'oxygéner les artères et se remettre de la bouffée largement étalonnée en éthanol, que son ami lui a pulvérisée dessus.
    Lucien lève les yeux au plafond du café du commerce, où ils repeignent leur haleine depuis qu'ils s'y sont retrouvés, et hoche la tête d'agacement. Max n'y est pas. Il est à côté de la plaque et du comptoir. 
    — Non, le truc, c'est de bien gérer son stress, affirme-t-il en connaisseur, tel le gars qui a réfléchi à la question, s'est documenté dessus et s'est forgé son opinion à coups de burin et de matraque. Faut juste être bon gestionnaire !

    Lucien s'est longuement interrogé. A pesé le pour et le contre, surtout le contre, qu'il ne soit pas trop lourd, et a opté pour sa banquière. Autant s'adresser aux professionnels de la profession, aux cadors de la gestion ; les résultats de la banque parlent pour elle. Des faramineux, une croissance à deux chiffres. Les intérêts, les agios, les plus-values, l'optimisation fiscale: une parfaite maîtrise de la discipline. Nul doute à avoir : son stress sera entre de bonnes mains. Elle saura en tirer le meilleur profit, en exploiter toutes les potentialités.
    — Je vous préviens d'office, lui dit-elle en l'accueillant dans son bureau avec un soupir de fatigue long comme son bras, il est hors de question de vous prêter le moindre centime.
    — Non, non, j'veux rien vous emprunter, la rassure-t-il. J'suis pas fou ; la dernière fois, ça m'a coûté un bras plus long que le vôtre.
    La banquière, flattée par l'hommage rendu à son talent, rougit mais, d'un métal résistant aux hautes températures, ne se laisse pas attendrir. Elle élude l'allusion à son membre et à son réseau de relations ; attend, méfiante, sa requête.
    — Tout au contraire, poursuit-il, je suis venu vous confier mon stress.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :