• Lucien déclare sa flamme

    Lucien déclare sa flamme

    Lucien traverse son salon d'un pas vif, soudain s'arrête et s'écrie : « Salut Lucienne ! »
    C'est une chance de te rencontrer, songe-t-il, je voulais justement te parler. Il s'avance vers son canapé où la demoiselle l'attend, se plante devant, la considère. Lucienne a une allure de coussins, surmontés d'une boule de papier où il a dessiné deux yeux, un nez et une bouche. Lucien se gratte le crâne.
    — Non, ça va pas !
    Il retourne vers l'entrée. Volte-face sur le seuil. Tergiverse. Il inspire, expire, se pince l'arête du nez et se lance à nouveau.
    — Bonjour Lucienne, comment vas-tu en ce moment ?
    Pourquoi a-t-il ajouté en ce moment ? Il se le demande. Il recommence.
    — Bonjour Lucienne, je suis heureux de te voir.
    Non, non et non, c'est raté ! Il grimace, mains sur les hanches, hoche la tête de mécontentement et s'exerce encore.
    — J'ai quelque chose à te dire.
    Lucienne, imperturbable, toise Lucien de son sourire figé. Il ne désarme pas.
    — Depuis le temps que je veux te parler...
    Il se renfrogne, peste.
    — Non, ça va pas du tout.
    Il récidive néanmoins.
    — Il faut que je te dise un truc.
    La poupée ne bronche pas. 
    — Un truc important.
    Lucien soupire, désemparé. Après un haussement désabusé des épaules, il joue son va-tout.
    — On pourrait.
    Et le voilà à le jurer sur tous les tons, devant Lucienne qui n'en a rien à faire.
    — Je me disais qu'on, que ce serait bien, qu'on soit, qu'on se fasse une petite...
    En douceur, passionné, un genou à terre, bras ballants ou les yeux mouillés. Il recommence, change de registre, de posture. Aucun ne lui convient.
    — Je voudrais que, Lucienne, crie-t-il de guerre lasse.
    Et dans son élan, il tend ses mains vers le gros tas, l'implore.
    — C'est pourquoi... tous les deux, on...
    Il cherche à nouveau ses mots.
    — Si on se mettait à table... euh... ensemble, juste toi et moi, on pourrait se faire...
    Il se concentre, se détend la nuque, respire. Il prend sur lui, lâche enfin le morceau.
    — On pourrait se faire ça !
    Il se redresse, se précipite dans sa cuisine, ouvre son congélateur, en sort un carton et avec, revient devant Lucienne. Il le lui tend. Tadam !
    — Une flammekueche !
    Il la regarde. 
    — Ce serait sympa, non ? 

    Lucien s'est bien entraîné. Il peut guetter l'élue de son cœur en toute confiance.
    — Eh, Lucienne, la hèle-t-il alors qu'elle sort de son immeuble.
    Il se précipite vers la jeune femme, qui a perdu sa mine chiffonnée. Elle s'étonne de le voir. La surprise ne semble pas la réjouir. Lucien s'en moque. Dans son sac, il a plus d'un tour et surtout une tarte imbattable.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :