• La 28ème mort de Janka

    Il fallait plonger la tête dans l’eau qui dort et arquer la nuque pour se rendre invisible. La posture n’était pas facile à garder. Avec un peu d’exercice, l’on évitait l’asphyxie.
    Brindille attrapa Janka par l’épaule, le tira en arrière. Il s’effondra sur la berge.
    — Ça suffit ! déclara-t-elle.
    Des gouttes de Grandvent chassèrent de son visage le ruissellement qui lui barrait le souffle et lui rendirent sa respiration. Il happa une goulée d’air, tressaillit et ouvrit les yeux. Il voulut les refermer quand il découvrit le rictus ironique de Brindille qui pendait au-dessus de lui et l’éclaboussait de honte.
    — Tu n’y es pas.
    Il y avait des semaines qu’il s’entraînait sans parvenir à rien. Brindille commençait à se lasser et envisageait de le renvoyer dans sa cavité, d'où il n’aurait jamais dû sortir.
    — Tu n’y es pas, répéta-t-elle en s’écartant de son élève, en s’asseyant en retrait sur une vague concrétée de sable. Tu n’y es pas.
    Brindille fondit dans le creux de la lame, que le Grandvent arasa et dispersa à travers la steppe. Janka se précipita pour la retenir. S'abîma dans la dune, à ses trousses.

    La 28ème mort de Janka


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :