• L'enfance de l'art

    L'enfance de l'art

    Toutes les occasions sont bonnes pour parfaire l'éducation de la petite Louise. Une exécution populaire ne se manque pas. La belle cordelière foulera les pavés ou pas, tirera de l'expérience émotions fortes et matière à incarnation. L'on peut bien s'en donner à cœur joie et apporter sa pierre à l'édifice mythologique, s'agissant d'un personnage (Louise) dont certains doutent même de l'existence.

    Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
    J'ai chaud extrême en endurant froidure :
    La vie m'est et trop molle et trop dure.
    J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

    Extrait - Sonnet VIII
    Louise Labé

    J'ai chaud extrême en endurant froidure, un vers qui résonnerait aux oreilles du dauphin François et de Montecuculli... 

     

     

    La mort du dauphin François, aux éditions 15K.

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :