• Des livres et ce que j'en dis

    L'on m'a proposé – et cela m'a à la fois étonné (vu l'audience du blog) et flatté – de me transmettre un livre afin que j'en fasse une petite critique sur ces pages dans ma rubrique Bouquins. Libre à moi d'en dire ce que je voulais, du bien ou du mal. 

    Je ne le souhaite pas. Je le précise ici, au cas où, pour prévenir d'autres hypothétiques et peu probables requêtes. Et ce, pour plusieurs raisons.

    Comme je suis un "bon gars", un garçon bien élevé, et qu'on ne se refait pas, quand on m'offre un cadeau, je dis merci et assure qu'il me plaît... M'enfin ! Je ne me vois pas "tailler" une oeuvre qu'un auteur m'aurait gracieusement adressée. Mal dans mes chaussures, je me sentirais contraint à une certaine complaisance et ce serait de ma part, au cas où elle me paraîtrait mauvaise, malhonnêteté intellectuelle. 
    Je n'écris donc que sur des livres que je me procure moi-même (et n'étant pas masochiste, je choisis des livres susceptibles, a priori, de me plaire (je suis parfois déçu)), et encore... que sur un très petit nombre. Je ne pioche, en effet, que parmi ceux que j'aime, ceux qui suscitent mon enthousiasme, me passionnent, m'intriguent ou me troublent. Une démarche positive, justifiée par le fait que je réserve (mais pas exclusivement : je ne m'interdis pas de me pencher sur des œuvres d'écrivains mieux établis et reconnus, qui revêtent une importance particulière pour moi) ces modestes "éclairages" à des artistes qui n'ont pas voix au grand chapitre médiatique, membres de la confrérie des "petits" auteurs (dont je fais partie). Il y aurait beaucoup de mesquinerie à "flinguer" un auteur qui peine à exister...
    Et je le répète : je pioche ! Je ne parle pas de tous les livres que j'apprécie. J'opère selon l'envie, l'humeur, mes disponibilités, mes priorités et ce que j'ai à en dire... Bref... 

    Par ailleurs, je me suis aussi donné pour règle de ne mentionner que des œuvres éditées par de vrais (petits) éditeurs, c'est à dire des maisons qui sélectionnent un minimum leurs ouvrages, mènent un travail éditorial et ont une politique commerciale "raisonnable" (exit les maisons qui proposent 200 pages à plus de 30/35 euros et font endosser les frais de publication à la famille et aux amis !!!). Je ne rendrai donc jamais compte – aussi intéressantes fussent-elles – d’œuvres auto-éditées et encore moins éditées à compte d'auteur ou simili, ou d’œuvres publiées par des usines à papier, peu regardantes sur leur contenu.

     Et ceci, conformément à ma propre démarche d'auteur.


  • Commentaires

    1
    danielle
    Lundi 31 Août 2015 à 11:43

    Point de vue que je partage entièrement. J'aime comme toi parler des livres que j'ai choisis, en priorité ceux d'auteurs que je sais excellents mais hélas peu médiatisés ou pas du tout. Et puis chacun son job. Ne s'improvise pas critique qui veut, et encore faut-il le vouloir !


    Je me méfie par ailleurs de ma plume qui est plus à l'aise pour démolir que pour féliciter !

    2
    Nath
    Lundi 31 Août 2015 à 13:01

    Et tu as bien raison...

     

    3
    Mardi 21 Février à 14:11
    Que dire de plus sinon agréer !?
    4
    Mardi 21 Février à 14:56

    Je suis en (presque) total accord avec toi. Je ne fais des critiques ou commentaires de livres que lorsqu'ils me plaisent particulièrement et que j'ai envie de les faire connaître. En revanche, je n'ai pas de critères sur les éditeurs, sans doute parce que je n'en ai pas moi-même décroché de sérieux. Et pour ne pas me perdre dans la jungle des publications de toutes sortes, je fais confiance à quelques amis auteurs/lecteurs qui, eux, ont plus de temps et de curiosité que moi.

    Maintenant, ma part d'ombre : j'avoue suivre régulièrement une blogueuse / démolisseuse qui fait ça avec énormément de talent...

    Philippe

      • Mardi 21 Février à 15:40

        Il est vrai que les critiques "à charge" sont souvent jouissives et jubilatoires (plus que les autres...) et parfois, j'avoue que la plume démange et que la tentation se fait forte... Mais, lorsqu'elles prennent pour cible des "petits auteurs", je trouve que c'est se tailler à bon compte et sans risque un joli succès personnel et se mettre facilement les rieurs de son côté. Disons, que dans ces cas-là, ça manque de panache...wink2

        Merci de ton passage !

    5
    Jeudi 23 Février à 09:09

    « Ne doit-on pas tendre la main à celui qui écrit comme un pied ? »

    (Pas de moi mais de Thierry Rocher) yes

      • Jeudi 23 Février à 14:07

        Excellent !!! happy Je me contente pour ma part de fermer les yeux... wink2

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :