• Beaucoup de bruit pour rien

    J'ai du bruit dans le ventre et la tête, du vent entre les doigts. Le bruit court, le vent tourne. Accablé, dépassé, je ravale mes cris dérisoires. Les logorrhées ne cassent pas les murs, ne brisent pas les chaînes, ne renversent pas même les tables ; elles se périment sitôt versées. Le cours de la parole périclite tant, que chacun y va de sa vente. Déprime. Le bruit au bruit n'a jamais engendré que du bruit, que le vent au vent dissémine dans l'oubli. Vestiges.

    Le silence prime. Le silence rend seul. Le prix du silence.

    Beaucoup de bruit pour rien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :